Le guide des Assurances

Tout savoir sur les Assurances et comment se protéger

Une Définitions assurancesest un service qui fournit une prestation lors de la survenance d’un événement incertain et aléatoire souvent appelé “risque“. Cette prestation, généralement financière sous forme de cotisations, peut être destinée à un individu ou une personne morale comme une entreprise.

 

La Police d'assurance

La police d’assurance est le document contractuel qui va préciser les relations entre la compagnie d’assurance et l’assuré. Ce contrat va permettre de préciser plusieurs aspects comme :

  • la liste des évènements garantis, avec les exclusions éventuelles.
  • la garantie, c’est-à-dire l’assistance qui va être apportée à l’assuré en cas de sinistre.
  • les obligations de l’assuré :
    • les mesures de prévention éventuelles afin de diminuer le risque (comme des contrôles ou installations particulières)
    • les délais de déclaration à l’assureur en cas de sinistre
    • le montant et les conditions de paiement de la prime
    • les possibilités de résiliation de la police
  • les obligations de la compagnie d’assurances :
    • les délais de paiements de l’indemnisation

Les polices d’assurance vont être composées de conditions générales, qui sont communes à tous les assurés d’une même compagnie pour un même risque ou un ensemble de risques donné. Ces conditions générales sont complétées par des conditions particulières, qui sont elles spécifiques à l’assuré.

Fonctionnement des organismes d'assurance

Pour perdurer, un organisme d’assurances doit pouvoir payer l’ensemble des sinistres que ses assurés subiront dans le futur, plus ou moins lointain, ainsi que ses propres coûts de gestion et de distribution.

C’est donc un exercice difficile qui consiste à anticiper les risques sans pour autant faire payer à ses clients des montants de cotisations qui seraient rédhibitoires. C’est l’équilibre “sinistres/primes” qui est vital dans la durée. Les sociétés d’assurance mutuelles, ne distribuant pas de dividendes, peuvent faire varier leurs tarifs au seul bénéfice de leurs cotisants.

Le montant total des sinistres étant par définition inconnu par avance, toutes les compagnies d’assurances visent à « mutualiser » les risques. Imaginons 100 personnes non assurées, ayant statistiquement une chance sur 100 de subir un dommage : une de ces personnes connaîtra vraisemblablement des déboires financiers difficiles à supporter. Par contre si ces 100 personnes se mutualisent et qu’elles apportent chacune une petite cotisation constituant une caisse commune, celles-ci seront nettement mieux protégées en cas de sinistre… Ce mécanisme vise à réduire la variabilité des pertes. Le montant des pertes probables (augmenté d’une marge de sécurité, et des frais de gestion de la compagnie) est versé par les assurés (prime).

Le chiffre d’affaires ainsi perçu n’étant pas immédiatement mobilisé pour l’indemnisation des assurés, il doit être placé, ce qui apporte une source de revenus supplémentaires, provenant de la rentabilité de ces placements sous formes d’intérêts, de dividendes, de loyers, de plus- ou moins-values de cession (sur actions, immobilier, obligations, etc.). Ces investissements sont proportionnellement plus importants par rapport au chiffre d’affaires dans les branches à déroulement long. C’est le cas, par exemple en responsabilité civile, puisque le sinistre, lorsqu’il survient, n’est indemnisé que plusieurs années après la perception de la prime, en raison des délais judiciaires. Dans les branches à déroulement court (remboursements de soins courants en branche santé par exemple), cette source de revenus complémentaire sera moins importante.

L’assureur doit être en mesure d’affronter une situation de sinistralité habituelle. Toutefois, on comprend aisément que si un risque se réalise simultanément pour un grand nombre d’assurés (intempéries, catastrophe naturelle, etc.), l’indemnisation que doit verser l’assureur peut venir réduire fortement ses perspectives de gains, voire excéder ses capacités financières. La technique générale de l’assurance consiste justement à éviter que l’assureur se trouve dans ce cas. L’assureur pourra augmenter le montant des primes à venir afin de reconstituer le capital consacré aux indemnisations.

Afin de faire face aux sinistres exceptionnels, les assureurs peuvent assurer (avec franchise de leur part) leurs propres risques auprès de compagnies spécialisées ; c’est la réassurance. Le recours à la réassurance est systématique dans les risques industriels, dont l’ampleur dépasse les capacités de la plupart des assureurs.

Au milieu des années 1970, un automobiliste assuré de la MAIF provoqua involontairement le télescopage de deux trains, bloquant pendant plusieurs semaines le trafic entre Nancy et Paris (qui dut être détourné à grands frais par Troyes ou Sedan).
Le plafond de réassurance de la MAIF fut atteint, et l’augmentation des cotisations annuelles (on parle de cotisations chez les mutuelles, et de primes dans les sociétés d’assurance) fut à peine perceptible par les assurés du fait de cette même réassurance.

Il est significatif de constater que la Lloyd’s, assureur du Titanic, honora ses engagements et que ces déboires importants ne menacèrent pas son existence, en raison notamment de la réassurance. Plus récemment, l’ensemble des coûts indemnisés à la suite de la destruction des tours du World Trade Center en septembre 2001 ont été de l’ordre de 100 milliards de dollars, une grande partie provenant des coûts d’assurance-vie des victimes.

En résumé, le modèle économique et financier de l’assurance se distingue par trois principes distinctifs :

  1. Inversion du cycle de production par rapport aux entreprises industrielles et commerciales : les compagnies commencent par encaisser leurs cotisations auprès de la mutualité des souscripteurs avant de fournir (de plus ou moins nombreuses années plus tard suivant les branches d’activité et la nature des sinistres) leurs prestations aux assurés sinistrés.
  2. Prise de risques majeurs sur les passifs : en vue du règlement ultérieur des sinistres, les compagnies d’assurances constituent des provisions techniques, représentatives des risques (fréquence, évolution des coûts moyens, sinistres graves, divers types d’inflations sectorielles) transférés, à leurs passifs.
  3. Transformation négative : Pour couvrir leurs provisions techniques, les compagnies investissent dans des placements qui sont principalement liquides et généralement peu risqués, ce qui est, dans une certaine mesure, imposé par la réglementation. C’est une situation inverse de celle des banques qui financent des prêts à plus ou moins long terme par des dépôts à vue. De ce fait, les compagnies d’assurances présentent un fonds de roulement comptable structurellement positif (échéances longues des provisions techniques et liquidité immédiate des actifs cotés).